Comment peut-on devenir meilleur ?

dans Bien-être par

Pour commencer, qu’est-ce que c’est être meilleur ? Pour moi c’est être épanouie, de faire du bien autour de soi et consommer de façon plus éthique. Le monde va mal et les choses n’ont pas l’air de s’améliorer : guerres, conflits, famines, exploitation de la nature, le coût de la vie qui augmente… Avant je pensais que je pouvais rien faire pour inverser la tendance et que le combat de ceux qui veulent que ça change était vain. Je me fermais à tout, j’étais égoïste et je détournais les yeux. Je pensais qu’à mon échelle, la moindre de mes actions n’avaient aucune importance. Mon égoïsme n’était qu’une façade qui cachait un problème plus profond. Ce n’est qu’en me débarrassant de ce qui n’allait pas dans mon mental que j’ai compris que je pouvais aussi participer à ce combat.

On ne peut rien révolutionner mais si, on peut faire bouger les choses

A commencer par simplement être sympathique avec les autres, leur tendre la main, montrer que les humains ne sont pas tous des montres. Mais pour aider les autres, il faut déjà s’aider soi-même. La positivité, voilà le maître mot. Mais comment être positif quand on a l’impression que tout s’effondre autour de soi ? Quand la vie s’acharne ? Il est vrai que quand on a nous même des problèmes, c’est difficile de penser aux autres. Mais n’est-ce pas là une excuse pour se fermer encore plus ? Plus on s’enferme, plus on se cache et plus les problèmes sont durs à affronter parce qu’on ne trouve pas la force. Cette force, on l’a quand on côtoie des gens biens, quand on s’ouvre au monde et quand on accepte son passé. Justement, ce dernier point est le plus compliqué. En effet, les épreuves de la vie laissent des traces, c’est comme avoir des chaînes aux pieds qui nous entravent. C’est seulement lorsqu’on le brise ses chaînes que l’on respire, que l’on revit mais pour cela, il faut accepter d’avoir un problème caché au fond de son âme et accepter de l’aide.


Source photo : pixabay

Personnellement, j’en avais des soucis intérieurs que j’avais enterré, je me disais que j’allais bien, que rien ne pouvait m’atteindre, que j’avais confiance en moi. En réalité, Je me voilais la face complètement. Mes parents traversaient une période difficile et je voulais les aider. J’ai été amenée à rencontre l’amie d’une amie proche qui m’a dit « tu ne peux pas aider tes parents si tu ne t’aide pas toi-même » et elle me trouvait négative, comme si je portais un poids. Je n’ai pas compris sur le moment jusqu’à ce que je réalise que j’avais caché des choses au fond de moi qui m’empêchaient d’être forte. Je me suis tout de même aidé en partie seule, c’est en méditant que les choses ont resurgi. Quand on médite, on se met dans un état d’hypnose et le cerveau en profite pour nous dire ce qui ne va pas. « Oh la méditation c’est pour les moines » mais pas du tout ! Tout le monde peut méditer, c’est très simple, ça n’a rien de magique et ce n’est pas fait non plus pour les personnes spirituelles mais on ne va pas s’étaler sur le sujet. Sinon, vous pouvez toujours voir un psychologue.

Après avoir chassé mes démons, j’ai compris qu’il y avait d’autres choses à changer dans mon mode de vie

Devenir meilleur passe aussi par sa façon de vivre puisqu’elle peut avoir un impact sur le reste du monde ou sur son corps. Par exemple je n’aimais pas le sport, je trouvais que ça m’était inutile et que mon corps n’en avait pas besoin. Cependant, je me trouvais gonflée et je me suis dit que quelques séances de fitness m’aideraient. Pour quelqu’un qui avait horreur de ça, c’était une victoire d’avoir la motivation de faire du sport et aimer ça. Non seulement j’ai compris que mon corps en avait besoin et ça permettait aussi de me défouler. Sauf que c’est seulement quand j’ai commencé la méditation que j’ai été motivée. Si on m’avait dit que j’allais faire du sport quotidiennement il y a quelques mois, je ne l’aurais pas cru !

Il n’y a pas que le sport, je me suis aussi séparée de produits de beauté inutiles. Je me suis rendu compte que je dépensais de l’argent inutilement puisque les produits que j’utilisais ne fonctionnaient pas comme les soins pour la peau et les cheveux.  J’ai essayé de trouver une alternative qui soit meilleure pour le corps et la planète : l’huile de coco. Maintenant je n’ai qu’un shampoing bio, sans sulfates et cruelty free (Naturé moi), un savon de Marseille pour le corps, une crème de jour bio achetée à Leclerc et l’huile de coco pour le corps et les cheveux. J’ai gardé mon maquillage que je remplacerai par du bio. Pas besoin de dépenser une fortune pour prendre soin de soi mais le marketing ça fonctionne bien hein et moi aussi j’adorais les produits de beauté mais c’est fini. Pourtant, il ne fallait même pas me parler de bio, je trouvais que c’était cher et marketing. Les choses ont changé, à force que des gens s’orientent vers le bio, les marques ont fait un effort. C’est là que j’ai réalisé que si, ça servait d’acheter des produits plus éthiques.


Source photo : avril-beaute.fr

Concernant l’alimentation, je n’achète plus de produits qui contiennent de l’huile de palme, j’essaie aussi de privilégier ceux qui sont fabriqués avec des oeufs de poules élevées en plein air, je bois rarement du lait. Moi qui adorais les chocolats en barre (mars, snikers…) et les gâteaux industriels, je les trouve maintenant écoeurants et je n’en achète plus (bon si on m’en propose je ne dis pas non !). Je me suis aussi mise à manger plus de légumes et à réduire la viande. J’aimerais acheter que du bio mais mes finances ne le permettent pas pour l’instant. Concernant les produits ménagers, maintenant c’est vinaigre blanc, huile essentielle, eau, bicarbonate de soude et c’est tout ! Je ne veux plus de produits toxiques chez moi. En arrêtant d’acheter certains produits inutiles, j’ai fais de grosses économies.

Avant je me disais que peu importe ce que je mangeais ou j’utilisais, j’aurais un cancer de toute façon. C’est triste en y repensant. Même si cela m’arrive, je me dis qu’au moins j’aurais essayé de diminuer les risques et je n’aurais pas de regrets.

Ce n’est pas qu’une question de santé mais aussi d’éthique. Les végans grinceront peut-être des dents car je parle d’éthique alors je ne suis pas végane mais je leur dirais que ce que je fais est déjà bien. Je veux élever mes futurs enfants dans la même optique et les éloigner des lobbies.

Tout ça pour dire que c’est en voulant arrêter d’être négative que j’ai ouvert les yeux

En conclusion, tout le monde peut changer. Ça ne veut pas dire changer de personnalité, juste effacer ce qui ne va pas chez soi. Ainsi on se sent mieux et on a plus envie de faire du bien autour de soi. Etre positif donne aussi la force d’affronter les problèmes de la vie. Pour moi, tout est lié : en devenant meilleur, vous faites aussi du bien à la planète et aux animaux !

C’était un peu long, désolée mais j’avais vraiment envie de partager mon expérience pour aider ceux qui ont envie de changer mais qui n’arrivent pas à passer un cap. Merci de m’avoir lu et n’hésitez pas à parler de vous aussi !

Rendez-vous sur Hellocoton !

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

*